crowdfunding indépendant

Crowdfunding indépendant «Le maître est l’enfant»

Posted on Posted in Captain Crowd, Crowdfunding, Crowdfunding indépendant, Crowdfunding intégré, Précommande

L’histoire retiendra peut-être que c’est l’un des pionniers du crowdfunding indépendant en France. Certes, on a déjà vu quelques initiatives. Mais pour une collecte de cette ampleur, Alexandre Mourot est sans doute l’un des premiers à tenter l’expérience !

Nous avons eu la chance d’échanger avec lui à propos de sa campagne, actuellement en cours sur son site internet. Témoignage.


Qu’est-ce que « Le maître est l’enfant » ?

Un film documentaire grand public pour faire découvrir ce qu’est la pédagogie Montessori et comment elle se pratique au quotidien dans une classe maternelle.

Pourquoi avoir recours au financement participatif ?

Je souhaitais, en plus de trouver des fonds pour réaliser mon film, engager les gens autour de mon projet. Le financement participatif apparait alors comme une solution pour réunir les personnes intéressées par le sujet et leur permettre de rejoindre l’initiative. De plus, c’est un outil très efficace pour tester l’engouement que suscite mon projet ! Imaginez : si les gens sont prêts à acheter leurs places avant même que le film n’existe, c’est qu’ils veulent vraiment voir le projet éclore.

Pourquoi ne pas passer par une plateforme ?

J’ai bien évidemment fait le tour des plateformes de crowdfunding et les ai étudiées avec soin avant de décider de ne pas avoir recours à leurs services. Que ce soit les plateformes généralistes (Kisskissbankbank, Ulule, etc.) ou les plateformes spécialisées dans l’audiovisuel (notamment Touscoprod).

Je me suis alors demandé ce qu’elles pouvaient m’apporter – la réponse principale était : une solution technique clé en main (et peut-être un peu de trafic et des conseils, même si je n’en étais pas très convaincu).

J’ai ensuite remarqué des choses qui me dérangeaient chez ces plateformes :

  • J’ai noté certains bugs techniques (impossible d’enregistrer l’adresse de ma page facebook (qui a été signalé puis corrigé), des textes sibyllins comme par exemple lorsqu’on demandait à récupérer son mot de passe «  pensez à vérifier le dossier <b>courrier indésirable</b> de votre boite email.</br></br> »), etc.
  • J’ai été globalement insatisfait par les conseils que peuvent apporter les plateformes (trop génériques, pas très instructifs voire même pas assez pertinents !) que ce soit via leurs tutoriels ou les emails échangés. J’ai eu le sentiment d’un manque de confiance et surtout d’analyse du projet (sa pertinence, son potentiel, le réseau du porteur de projet…) alors qu’il me semble qu’il y a certains marqueurs qui peuvent très vite donner des informations utiles.
  • J’ai eu la sensation que certaines plateformes font plus la promotion de leur site grâce aux projets que l’inverse ! Il suffit de voir les pages d’accueil pour le constater : quelle est la place donnée à la valorisation des projets par rapport à celle pour valoriser la plateforme ? En général, donner via une plateforme doit nécessairement contraindre à une adhésion à la marque de la plateforme… je souhaiterais plutôt que mes contributeurs adhèrent à mon projet ! Je considère que certaines plateformes sont trop intrusives.
  • Lorsqu’on veut contribuer à un projet, on doit nécessairement s’inscrire sur la plateforme, ce qui peut paraître fastidieux pour un geste de don. Cela peut intéresser sans doute certains souscripteurs mais peut en rebuter d’autres.
  • J’ai trouvé le prix assez élevé (entre 8 et 10%) surtout quand on se rend compte que la plupart des plateformes n’acceptent ni les virements ni les chèques (alors que ça représente 10% de mes contributions, soit le pourcentage habituel de ces modes de paiement par internet comme l’atteste la dernière étude de la FEVAD). Mieux encore, certaines plateformes me proposent d’encaisser moi-même les chèques et les virements et de faire la contribution correspondante sur leurs sites… toujours chargée de 8 à 10%, bien sûr.
  • Je n’ai pas réussi à savoir la proportion de donateurs issus des membres ou des opérations de communication de la plateforme par rapport à ceux amenés par le porteur de projet.
  • Il y a un risque possible, et même très probable, de perte de qualité de référencement sur internet et de confusion dans la communication. En effet, si la page de collecte sur une plateforme remporte un grand succès, lorsque les gens tapent sur le moteur de recherche le titre du film, peut apparaître alors en premier résultat la page de collecte, pourtant terminée, avant le site dédié à sa promotion. L’idéal serait que les plateformes ne référencent plus ces pages là mais ça leur est difficile car cela leur apporte de la visibilité et promeut leurs marques…
  • Enfin, j’ai regretté le fait que les vidéos ne soient pas mieux mises en valeur sur les pages projets des plateformes. Quand on connait l’importance de la vidéo pour transmettre un message (et dans mon cas l’essentiel de mon projet), je n’arrive pas à comprendre pourquoi la plupart des plateformes n’accordent qu’un si petit espace aux vidéos en haut de la page du projet.

Je me suis donc rendu compte que les solutions que pouvaient m’apporter les plateformes ne me satisfaisaient pas complètement. Je me suis alors un peu renseigné sur la faisabilité de créer sa campagne de crowdfunding soi-même… et me suis jeté à l’eau !

Comment avez-vous fait pour développer cette solution vous-même ?

J’ai la chance d’avoir pu acquérir un peu d’expérience dans les projets web et digitaux par le passé. Du coup, à partir d’un template WordPress et du plugin WooCommerce j’ai réussi à créer en quelques jours ma plateforme. Elle est simple, épurée, et centrée sur mon projet. Finalement, ce site héberge avant tout mon projet dans sa globalité, et la campagne de financement participatif n’est que la première étape.


Aperçu de la campagne (au 19.02.2016) :

Crowdfunding indépendant
Capture d’écran du projet « Le Maître est l’enfant »

 

Comment se passe la campagne pour le moment ?

La campagne a démarré il y a deux semaines et c’est très prometteur. Nous avons collecté plus de 28 000 € (pour un objectif total de 50 000 €) auprès de 600 contributeurs et il reste encore 31 jours de collecte !

Recommanderiez-vous le crowdfunding indépendant ?

Etant donnés les résultats à ce stade de la collecte, je peux effectivement recommander le crowdfunding indépendant (ou self crowdfunding), pour ceux qui veulent un peu mettre la main à la pâte : en effet il faut savoir créer un blog et installer et paramétrer des plugins, gérer les chèques et les virements, etc. Le crowdfundung indépendant est à mon sens une très bonne solution pour être véritablement indépendant et libre de communiquer sur son projet. Comme je le disais auparavant, c’est aussi très intéressant de créer un site pour la globalité du projet, incluant donc la partie financement participative et ensuite sa réalisation, sa commercialisation, sa promotion… On évite ainsi toute dispersion et toute confusion en termes de communication.

Je me rends compte que le fait de ne pas être sur une plateforme de crowdfunding n’est finalement pas pénalisant, et c’est peut-être même le contraire.

Il faut dans tous les cas savoir mobiliser sa communauté et activer les bons leviers de communication.

Ma seule inquiétude, que j’ai du mal à mesurer, est de savoir dans quelle mesure un site web flambant neuf peut introduire un manque de confiance pour la question du paiement en ligne et aussi du crédit apporté au projet. Si elles sont connues du grand public, les plateformes actuelles sont évidemment un gage de confiance pour les donateurs.

Je vais mettre à disposition mon template à la fin de la campagne pour que d’autres puissent faire comme moi !

Si vous aviez connu une solution comme Captain Crowd avant de créer vous-même votre solution, y auriez-vous eu recours ?

Je n’avais pas entendu parler de Captain Crowd avant de lancer ma campagne. C’est une marque toute jeune, ils doivent se faire connaitre et être plus visible sur la toile, car j’ai cherché une solution comme celle-ci au départ !

Je pense que leur solution basée sur des widgets intégrables est très intéressante et sera une bonne solution pour tous ceux qui souhaitent avoir recours au crowdfunding indépendant et n’ont pas de connaissances particulières en développement web !

 

Retrouvez et soutenez le projet «  Le maître est l’enfant », premier film documentaire sur la pédagogie Montessori » sur http://www.montessori-lefilm.org !

2 thoughts on “Crowdfunding indépendant «Le maître est l’enfant»

  1. C’est un réquisitoire en règle contre les plateformes de crowdfunding ! Beau projet en tous cas ! A voir s’il réussit sa collecte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *